Nové Město, nouvelle « Mecque du biathlon »

09-02-2015

On pensait vous parler de la qualification de l’équipe de République tchèque de tennis pour les demi-finales de la Fed Cup. Tenantes du titre, les Tchèques, même sans Petra Kvitová et Lucie Šafářová, ont facilement battu disposé du Canada (4-0), privé lui de sa meilleure joueuse Eugénie Bouchard, ce week-end à Québec. En avril prochain (les 18 et 19), c’est donc la France que la République tchèque recevra pour une nouvelle place en finale. Mais l’actualité sportive en République tchèque le week-end écoulé, cela a d’abord été, et bien avant tout, le phénomène biathlon à Nové Město na Moravě où faisait étape la Coupe du monde.

Nové Město na Moravě, photo: ČTKNové Město na Moravě, photo: ČTK Il n’y a pas eu de victoire. Les biathlètes tchèques ne sont parvenus à s’imposer dans aucune des six épreuves inscrites au programme du week-end. Pour autant, l’étape de la Coupe du monde de biathlon qui s’est déroulée à Nové Město na Moravě (dans le centre de la République tchèque) de vendredi à dimanche a été un grand succès. Un très grand succès même. Populaire d’abord : officiellement, 100 400 spectateurs, total cumulé, ont assisté aux trois jours de compétition, soit près de 35 000 de plus que pour ce qui était jusqu’alors la meilleure affluence de la saison, réalisée en Allemagne. « L’ambiance dans le stade est si intense que les biathlètes ont du mal à se concentrer », peut-on ainsi lire, à titre d’exemple, dans un des comptes-rendus mis en ligne sur le site de la Fédération française de ski. Ou encore sur ski-nordique-net : « Quel bonheur de voir des tribunes bondées, des milliers de drapeaux acclamés les champions. L'ambiance était tout simplement exceptionnelle ce soir (vendredi) en Moravie avec, cerise sur le gâteau, des Tchèques qui ont joué devant ». Et lorsque les Tchèques jouent devant et luttent pour la première place comme lors du relais mixte vendredi soir, 33 000 supporters tchèques réunis dans une arène pleine comme un œuf pour soutenir à l’unisson au même moment du tir leur équipe, cela donne un bruit assourdissant…

Michal Šlesingr, photo: ČTKMichal Šlesingr, photo: ČTK On l’a dit, les Tchèques n’ont rien gagné à Nové Město. A la lutte jusqu’au bout ou presque pour la victoire, l’équipe composée de Veronika Vítková, Gabriela Soukálová, Michal Šlesingr et Ondřej Moravec a finalement dû se contenter de la deuxième place dans le relais mixte remporté avec 4’’1 d’avance par la Norvège, l’Ukraine complétant le podium loin derrière avec 1’21’’ de retard. Lancé à la poursuite de Tarjei Bö dans le dernier tour, Ondřej Moravec ne regrettait cependant pas trop de ne pas être revenu sur le Norvégien à l’issue de la course, conscient de la supériorité de son adversaire :

« Il n’a pas manqué grand-chose aujourd’hui pour gagner. La deuxième place est cependant déjà un très bon résultat pour nous. J’ai essayé de recoller au leader dans le dernier tour. Je savais que mon retard diminuait grâce aux annonces du speaker, mais cela n’a pas été suffisant. Et quand j’ai vu que Bö prenait le drapeau pour célébrer sa victoire dans la dernière ligne droite, je me suis dit que ce ne serait pas très fair-play de l’attaquer encore. Mais peut-être gagnerons-nous ce relais mixte une prochaine fois. Pourquoi pas ? »

Veronika Vítková, photo: ČTKVeronika Vítková, photo: ČTK Autre podium tchèque du week-end : la troisième place décrochée par Veronika Vítková dans l’épreuve du sprint samedi. Révélation de la saison en cours, celle qui figure désormais à la quatrième place du classement général de la Coupe du monde se souviendra longtemps d’une course qu’elle a terminée avec 13’’1 de retard sur l’Allemande Laura Dahlmeier, vainqueur devant sa compatriote Franziska Hildebrand. Mais peut-être plus encore que par sa médaille de bronze, c’est elle aussi d’abord par l’ambiance que Veronika Vítková a affirmé avoir été marquée :

« C’est quelque chose d’exceptionnel. Je n’avais jamais vécu quelque chose de semblable sur un podium dans aucune compétition que ce soit. C’était vraiment super, les spectateurs ont été fantastiques. »

Si l’apparition du phénomène remonte à un peu plus loin quand même, les biathlètes sont entrés pour de bon dans le cœur du public tchèque en décrochant cinq des huit médailles de leur pays aux Jeux olympiques de Sotchi il y a un an de cela. Et bien que « seulement » cinquième de la poursuite dimanche, la sympathique Gabriela Soukalová a grandement contribué à la chose :

Gabriela Soukalová, photo: ČTKGabriela Soukalová, photo: ČTK « J’en garderai un souvenir inoubliable. Tous ces gens… Il y a cinq ans de cela, il y avait cinq spectateurs pour nos championnats nationaux. Et là, voit tant de monde pour le biathlon… Que dire ? Même nos adversaires étrangers étaient enchantés et admiratifs. Je suis très fière de faire partie de cette équipe et heureuse de contribuer à l’essor de ce sport dans mon pays grâce à mes résultats. »

Et à croire que tous s’étaient donné le mot, cette émotion partagée était aussi celle d’Ondřej Moravec :

Ondřej Moravec, photo: ČTKOndřej Moravec, photo: ČTK « Je dirais que c’était encore bien mieux. C’est un peu difficile à juger de l’intérieur, je ne sais pas combien il y avait exactement de spectateurs, mais ce qui est sûr, ce qu’ils se sont fait entendre. Je crois bien que je n’avais encore jamais connu autant de bruit. C’était comme dans un stade de foot. On n’entendait pas un mot de ce que nous disaient les entraîneurs. On les voyait seulement bouger les lèvres, mais je serais bien incapable de vous répéter la moindre de leurs consignes. Je dirais même que le public allemand, qui est pourtant réputé pour être le meilleur en biathlon, n’arrive pas à la cheville de celui de ce week-end. C’était extraordinaire ! »

Bref, on vous l’a dit, redit, et vous l’aurez compris : ce week-end à Nové Město a confirmé, si besoin encore en était, que le biathlon était en plein boom en République tchèque.

09-02-2015