Tennis : Plíšková et Berdych prêts à surfer à Melbourne sur la vague de leur début de saison réussi

07-01-2019

Karolína Plíšková a entamé la nouvelle saison 2019 de la plus convaincante des manières. Comme il y a deux ans de cela, la Tchèque a remporté, dimanche, le tournoi de Brisbane. De retour à la compétition après une longue absence pour blessure, Tomáš Berdych a lui aussi laissé une très bonne impression tout au long de la semaine dernière malgré sa défaite en finale à Doha. De bon augure à l’approche de l’Open d’Australie.

Karolína Plíšková, photo: AP Photo/Tertius PickardKarolína Plíšková, photo: AP Photo/Tertius Pickard Ce lundi, Karolína Plíšková est de nouveau la première joueuse tchèque au classement de la WTA (la fédération internationale de tennis féminin). Sa victoire en finale à Brisbane aux dépens de la jeune Ukrainienne Lesia Tsurenko (27e mondiale) en trois sets (4-6, 7-5, 6-2) lui a permis de gagner une place. Désormais 7e, Plíšková devance Petra Kvitová, qui recule d’un rang (8e) après son élimination dès le deuxième tour du premier tournoi de la saison. Mais l’essentiel est bien entendu ailleurs : à Brisbane, Plíšková a surtout retrouvé le goût du succès en remportant le douzième titre de sa carrière. Une victoire d’autant plus précieuse que la Tchèque, menée un set à zéro et cinq jeux à trois dans le deuxième set, a dû écarter une balle de match sur le service de son adversaire avant de recoller au score et de prendre finalement les devants :

« Lorsque vous parvenez à renverser le cours d’un match, surtout lorsque vous jouez mal comme cela a été le cas pour moi aujourd’hui, cela vous procure de la confiance supplémentaire. J’y étais déjà parvenue lors du premier tour, où j’étais dans une situation compliquée aussi mais où j’avais su faire le nécessaire pour gagner et me qualifier. Ce sont des victoires qui comptent plus que lorsque vous jouez bien, car tout est alors plus facile. C’est quelque chose d’important dans l’optique des Grands Chelems, car ce sont des tournois qui durent deux semaines et il est difficile de jouer à son meilleur niveau pendant toute la durée. L’important est donc de s’en sortir même dans les matchs où vous jouez moins bien. Si je parviens à répéter ce genre de performances, j’aurai de grandes chances d’aller loin. »

Karolína Plíšková, photo: AP Photo/Tertius PickardKarolína Plíšková, photo: AP Photo/Tertius Pickard Conseillée depuis le mois d’août dernier par l’Australienne Rennae Stubbs, la première coach étrangère depuis le début de sa carrière, Karolína Plíšková, qui a préféré faire l’impasse sur le tournoi de Sydney cette semaine pour affiner sa préparation, abordera donc l’Open d’Australie avec beaucoup d’ambition et le plein de confiance. A 26 ans, l’ancienne numéro un mondiale, finaliste de l’US Open en 2016, espère frapper un grand coup et confirmer, enfin, les prédictions notamment de Martina Navrátilová et de Chris Evert, qui lui promettent un titre du Grand Chelem depuis quelque temps déjà. Reste désormais à savoir si ce sera dès Melbourne, où elle a atteint les quarts de finale lors des deux dernières éditions, ou si, comme à chaque fois jusqu’à présent, il faudra encore attendre.

Berdych de retour au premier plan

Tomáš Berdych, photo: si.robi, CC BY-SA 2.0Tomáš Berdych, photo: si.robi, CC BY-SA 2.0 Si les principaux espoirs tchèques de réussite à l’autre bout du monde reposeront donc, une fois encore, essentiellement sur les épaules des filles, dont pas moins de cinq figurent actuellement dans le Top 100 mondial, le retour de Tomáš Berdych chez les hommes sera lui aussi suivi avec attention depuis Prague. Absent des courts depuis le Quenn’s en juin dernier, l’ancien quatrième joueur mondial semble être bien remis des douleurs au dos qui l’ont handicapé durant l’essentiel de la saison dernière.

Pour son tournoi de reprise à Doha, Berdych est parvenu jusqu’en finale où il a été dominé, samedi, par Roberto Bautista Agut en trois sets (4-6, 6-3, 3-6). Tombeur du numéro un mondial Novak Djokovic en demi-finales, l’Espagnol, qui a remporté dans la capitale qatarie le neuvième titre de sa carrière, a profité d’une petite baisse de régime du revenant tchèque dans la troisième manche, avec deux doubles fautes et une faute directe en revers, pour réaliser un break qui s’est avéré décisif.

Avant cela, Berdych avait eu raison de quatre adversaires solides lors des tours précédents (l’Allemand Philipp Kohlschreiber, l’Espagnol Fernando Verdasco, le Français Pierre-Hugues Herbert et l’Italien Marco Cecchinato) en ne concédant qu’un seul set, démontrant ainsi qu’à 33 ans, il faudrait encore compter sur lui. D’ores et déjà, ce parcours quelque peu inattendu lui a permis de faire un bond de quatorze places au classement ATP, où il figure désormais en 57e position. A l’aube de sa dix-septième saison sur le circuit professionnel, le retour parmi les tout meilleurs joueurs mondiaux constitue certes encore un horizon relativement lointain, mais nombreux cependant seront les observateurs à suivre son parcours du coin de l’œil et à scruter ses performances à Melbourne la semaine prochaine.

07-01-2019