Promenade à Mikulov

18-09-2005

On connaît Mikulov, petite bourgade du Sud de la Moravie, surtout pour ses vignobles renommés et son magnifique château. Cependant, saviez-vous que cette ville abritait au XVIIIème siècle la deuxième communauté juive la plus importante de Bohème-Moravie après Prague?

Mikulov, photo: Barbora KmentováMikulov, photo: Barbora Kmentová Située à proximité de la frontière autrichienne, à seulement 70 kilomètres de Vienne et 50 kilomètres de Brno, Mikulov est souvent oubliée par les touristes. Pourtant, si l'on veut mieux comprendre le destin souvent tragique de la communauté juive d'Europe Centrale, cette ville apparaît comme une étape indispensable. C'est pourquoi je vous propose aujourd'hui de nous suivre pour une visite guidée à travers le ghetto de Nikolsburg, l'ancien nom en allemand de Mikulov.

Château de Mikulov, photo: CzechTourismChâteau de Mikulov, photo: CzechTourism C'est la silhouette majestueuse du Château des Von Dietrichstein se dessinant au loin qui attire en premier lieu le regard du visiteur. Une fois sur place, ce qui frappe tout d'abord, c'est la tranquillité des lieux et la richesse des façades de style baroque ou Renaissance que l'on peut admirer par exemple sur la place de l'Eglise. En fait, il est difficile pour le visiteur étranger aujourd'hui de se rendre compte de l'importance de la communauté juive de Mikulov à la fin du XVIIIème siècle, puisqu'il semble qu'il ne reste aucun représentant de cette communauté qui s'était implantée là dès les années 1420. Mikulov a même été pendant 300 ans le siège du rabbinat du pays de Moravie à partir de la deuxième moitié du XVIème siècle. La ville peut aussi s'enorgueillir d'avoir compté parmi ses habitants le rabbin Judah Loew qui n'est autre que le créateur légendaire du Golem. Au total, à la fin du XVIIIème siècle, ce sont 620 familles juives qui vivaient à Mikulov, soit 40% de la population.

Le cimetière juif de Mikulov, photo: feťour, CC BY-SA 3.0 UnportedLe cimetière juif de Mikulov, photo: feťour, CC BY-SA 3.0 Unported Nous décidons en premier lieu de nous rendre au cimetière juif, vieux de plus de cinq siècles. Situé à proximité du cimetière chrétien, il est cependant bien difficile pour un étranger d'en trouver l'entrée, et même les autochtones semblent ignorer où elle se trouve ! Après plusieurs tentatives infructueuses, un habitant nous suggère de sauter par dessus le mur... ce que nous sommes bien obligés de faire, faute d'avoir trouvé une meilleure solution. Nous apprendrons par la suite que la clé du portail était disponible chez un commerçant... trop tard ! Mais toutes ces péripéties sont vite oubliées lorsque l'on contemple le spectacle poignant de ces milliers de pierres tombales toutes alignées vers l'Est qui se découpent dans la pénombre. La plupart sont en ruine, faute de descendants pour les entretenir, mais on peut encore lire les inscriptions en hébreu ou en allemand qui nous relatent la vie de ces anciens habitants. Certaines tombes, notamment celles de rabbins célèbres, font cependant encore l'objet d'un culte : des visiteurs y ont déposé des petits cailloux ainsi que des feuilles de papier pliées où ils ont écrit un voeu en hébreu.

La rue Husova, photo: Michal Klajban, CC BY-SA 3.0 UnportedLa rue Husova, photo: Michal Klajban, CC BY-SA 3.0 Unported Après cette visite fort instructive, nous empruntons alors la rue Husova, qui est l'un des derniers vestiges du ghetto juif. Situé au pied du château et entouré de murs au XVIIIème siècle, c'est là que vivait la communauté juive de Mikulov, au moins jusqu'en 1848, date à laquelle les Juifs ont obtenu la liberté de résidence. Il est là aussi difficile de s'imaginer ce que pouvait être l'animation qui régnait dans ce quartier jusqu'à la fin des années 1930. Aujourd'hui, les façades de style baroque, Empire ou sécession sagement alignées des deux côtés de la rue ne laissent pas deviner le passé commerçant du quartier, où s'activaient bouchers, boulangers, ou négociants en vins. Il faut dire que Nikolsburg était une étape obligée sur la route impériale qui menait de Vienne à Brno, avec ses nombreux marchés et foires. La ville était aussi un centre spirituel important, notamment grâce à ses écoles supérieures religieuses : les yeshivot. Cependant, des douze synagogues qui étaient en activité autrefois, il n'en subiste qu'une seule, l'Altschul, qui est malheureusement fermée la plupart du temps. Un programme de rénovation est en cours qui permettra, espérons-le, de faire encore mieux apprécier aux touristes la riche histoire de Mikulov.

Le Mont Saint, photo: Barbora KmentováLe Mont Saint, photo: Barbora Kmentová Enfin, pour finir en beauté cette excursion à Mikulov, rien ne vaut une petite ascension du Mont Saint au coucher du soleil. Cette petite colline située à l'Est de la ville, couronnée à son sommet par l'Eglise baroque Saint-Sébastien, est un haut lieu de pélerinage. Au fil des quatorze stations du chemin de croix disposées le long d'un sentier qui ondule dans la forêt, on peut croiser les habitants de cette magnifique petite ville venus faire une promenade à la nuit tombée. Vous serez récompensés de votre effort par le splendide panorama qui vous attend là-haut ! C'est l'occasion d'apprécier la vue jusqu'aux Alpes et d'admirer une dernière fois le château, avant que la nuit n'enveloppe Mikulov et toutes ses merveilles.

18-09-2005