Sebranice, la commune qui renoue avec le passé

09-01-2014

Pour ceux qui l´ignorent peut-être encore, la République tchèque compte au total treize régions. Nous allons nous rendre cette fois-ci, dans la région de Pardubice, située à l´est de la Bohême centrale, et plus précisément dans la commune de Sebranice. Traversons divers cours d’eau, et retrouvons-nous dans les environs du ruisseau Jalov, qui coule à Sebranice, élu en 2000 village de l´année.

Photo: Site officiel de la commune de SebranicePhoto: Site officiel de la commune de Sebranice La région de Pardubice est le berceau des compositeurs tchèques Bohuslav Martinů et Bedřich Smetana, le premier étant né dans la ville de Polička, qui accueille annuellement un festival de jazz, et le second dans la ville de Litomyšl, dont le centre historique, le château et ses jardins, sont inscrits au patrimoine de l´Unesco depuis 1999. Et c´est entre ces deux villes que se trouve la commune de Sebranice.

Le nom de Sebranice, qui est dérivé du verbe tchèque « sebrat », signifiant « ramasser » ou « collecter » en français, désignait ainsi toutes les personnes des environs « rassemblées» dans un même endroit. La commune a été créée par la fusion de trois villages autonomes - Sebranice, Pohora et Kaliště, et les colonies Třemošná et Vysoký les, cette dernière signifiant « forêt haute » en français. L'histoire de la commune de Sebranice n´as pas été étudiée de façon cohérente dans son intégralité. Ce n´est qu´en 1892 qu´un enseignant local, Karel Hovorka écrit et publie un livret, relatant d´intéressants faits historiques sur la commune. Et c´est cette année 2014 que se déroule le 666e anniversaire de la fondation de la commune, laquelle semble tout droit sortie des tableaux du peintre Josef Lada. L’ancien maire de Sebranice, František Kalvoda, révèle où se situe précisément la commune et de quelle année datent les tous premiers documents écrits. František Kalvoda :

Construction de la chapelle Demel, photo: L'association des passionnés du patrimoineConstruction de la chapelle Demel, photo: L'association des passionnés du patrimoine « Sebranice est plus proche de Polička, puisqu’elle y est distante d’environ cinq kilomètres. La ville de Litomyšl est plus éloignée, se situant à près de quatorze kilomètres. Quant aux premiers documents écrits concernant notre commune, ils ont été conservés dans des papiers issus d’un document fiscal, appartenant aux archives provinciales, et portent la date de 1347. C’est dans ces documents, qu’il est question la toute première fois des villages de Sebranice, Kaliště et Třemošná. »

Selon un livre tenu par le premier prêtre de la paroisse de Sebranice, la première école a été créée en 1664. En relation avec l’histoire de la commune, plusieurs grandes familles ont habité Sebranice, dont un certain Vavřinec Toulové de Třemošná, qui selon la légende populaire était dans sa jeunesse un chevalier pillard, par la suite reconverti en bourgeois et devenu célèbre pour sa bonté. František Kalvoda évoque l’état actuel de la commune :

 « Le village compte aujourd’hui environ 874 habitants. Bien évidemment, l’école maternelle ainsi que l’école primaire fonctionnent normalement. Nous partageons l’école primaire avec la commune de Lubná, mais le fonctionnement de l’école est assuré conjointement par les deux communes. Nous avons notre pédiatre, notre docteur, deux magasins d’épicerie, des artisans, des travailleurs indépendants. Et en ce qui concerne la vie culturelle, je crois qu’elle est la même que dans d’autres villages. Ici, elle est organisée, entre autres, par les sapeurs-pompiers, qui préparent des bals, même masqués, et dans une large mesure, par l’unité sportive Sokol (mouvement gymnastique tchèque fondé en 1862, ndlr.), dont les membres participent également aux manifestations culturelles. »

La chapelle Demel, photo: L'association des passionnés du patrimoineLa chapelle Demel, photo: L'association des passionnés du patrimoine De plus, l’ordre des Salésiens, présent dans la municipalité depuis 1999, prend aussi part aux activités des jeunes. Et quant est-il des boucles cyclo-touristiques de la commune ? František Kalvoda précise que deux pistes cyclables traversent le village et il invite à prendre l’itinéraire suivant, en partant de la ville de Polička :

 « En provenance de Polička, je pourrais vous montrer une aire de repos très agréable, qui se situe à côté de la chapelle Saint-Nicolas. A cet endroit même, vous pouvez prendre une petite pause, puis continuer vers la piscine locale. Vous pouvez ensuite revenir sur vos pas vers Sebranice, pour visiter l’église Saint-Nicolas. Puis une autre jolie aire de repos se trouve en direction de la ville de Litomyšl. Vous pouvez par la suite emprunter une des pistes cyclables pour vous rendre au village Vysoký les. »

Et c’est précisément dans le village de Vysoký les, situé comme son nom l´indique dans la forêt haute, à moins de quatre kilomètres de Sebranice, que nous allons nous rendre maintenant. Depuis le mois de mai dernier, l’Association des passionnés du patrimoine de Sebranice (Spolek archaických nadšenců) s’est donnée pour but de procéder à une rénovation complète de trois chapelles, situées à quelques mètres du village de Vysoký les. Les volontaires enthousiastes ont achevé au début de ce mois de janvier la rénovation de la dernière de ces chapelles délaissées par les habitants avec le temps, ce dernier édifice étant une chapelle baroque appelée « Killer », construite probablement à la fin du 18e siècle, sur le chemin entre Vysoký les et le village de Chmelík.

Construction de la chapelle Killer, photo: L'association des passionnés du patrimoineConstruction de la chapelle Killer, photo: L'association des passionnés du patrimoine Président de l’Association des passionnés du patrimoine, et auteur de la conception architecturale de la rénovation, Vojtěch Kmošek confirme qu’il est toutefois difficile de savoir avec précision la date de la construction de cette chapelle baroque :

 « Nous ne connaissons pas exactement la date de sa construction. Nous savons que la chapelle a été édifiée par le propriétaire foncier Killer, un Allemand des Sudètes, mais nous ignorons sous quelle génération. Il peut donc s’agir de la fin du 18e siècle, du début du 19e siècle mais même plus loin. Nous ne savons pas avec précision. La famille Killer a été effectivement expulsée par la suite. Et avec cette expulsion, l’état de la chapelle s’est détérioré. »

La chapelle de Killer, surnommée également la chapelle de Krenes, a ainsi retrouvé sa forme initiale. Il s’agit d’une petite chapelle en pierre, de forme irrégulière arrondie, faite en partie de briques et en partie de pierres. Sa toiture est en bardeaux. Dans le cadre de cette rénovation, d’anciennes technologies, couramment employées à l’époque, ont été utilisées. Originairement, s’il ne restait de la chapelle qu’un soubassement en pierre et un sol de briques, la niche de la chapelle a pu être recréée grâce à l’existence d’un plan d’époque. Le deuxième frère de la famille Kmošek, Jiří, évoque le début de la rénovation. Jiří Kmošek :

Construction de la chapelle Killer, photo: L'association des passionnés du patrimoineConstruction de la chapelle Killer, photo: L'association des passionnés du patrimoine  « Le travail a commencé il y a un ou deux ans de cela, lorsque mon frère Vojta a commencé à s’occuper des projets architecturaux et des permis de construire. Mais la construction effective n’a débuté qu’au mois de mai 2013. La chapelle en pierre est longue de trois mètres, et large de deux mètres environ. Pour l’instant, on peut voir l’éclat du toit de bardeaux, qui deviendra plus sombre dans quelques années. Et c’est ce qui devrait faire ressortir la beauté de la chapelle par la suite. »

Après avoir béni la chapelle Demel près de ce même village au mois de mars 2013, Vojtěch Logár, prêtre de l’Eglise catholique, a béni au début de ce mois de janvier la chapelle Killer, en lui apposant les mots « Apparition de la vierge Marie ». Vojtěch Logár :

 « Je crois que l’on peut se réjouir à chaque fois d’un travail bien accompli. Il s’agit d’un lieu autour duquel les gens circulent. Ils pourront s’y arrêter afin de reprendre de nouvelles forces pour leur vie, pour leur chemin. »

Les membres de l´Association des passionnés du patrimoine organisent de nombreux événements, lors desquels ils se rappellent, par exemple, de façon active de la vie et du travail de leurs ancêtres, comme le fauchage du blé sans moissonneuse-batteuse. Un autre de leurs projets est lié à l’archéologie expérimentale : une idée née de onze volontaires, qui voulaient découvrir par eux-mêmes la façon de construire d’anciennes bâtisses. Ils ont aussi procédé seuls à la fonte du fer, en obtenant à partir de huit kilogrammes de minerai de fer près d´un demi-kilogramme de fer ; chose pas facile en République tchèque, dans la mesure où seuls trois spécialistes s’y consacrent. Mais quel est donc le mystère qui entoure la chapelle Killer ? Matěj, le troisième des quatre frères Kmošek, et qui fait lui aussi partie de l’Association des passionnés de Sebranice, tente de nous éclaircir ce secret. Matěj Kmošek :

La chapelle Killer, photo: L'association des passionnés du patrimoineLa chapelle Killer, photo: L'association des passionnés du patrimoine « L’emplacement où se trouvait la chapelle et où elle se trouve actuellement faisait partie de la propriété forestière du propriétaire foncier Killer de Chmelík. Puis un jour, alors qu’ils étaient en train d’abattre des arbres, une employée de maison est venue leur apporter le déjeuner. Or, un pin est tombé directement sur elle. Comme par miracle, celle-ci s’en est sortie indemne. Mais, au moment de l’accident, Madame Killer, aurait fait appel à la vierge Marie pour que celle-ci lui vienne en aide. Apparemment, la vierge Marie est apparue au moment même, et a, de ce fait, sauvé, la bonne de la chute de l’arbre. »

Cette action bénévole de la part de la famille Kmošek et d’autres volontaires suscite une vague d’admiration de la part des habitants de la commune de Sebranice. Un des visiteurs a fait part de son enthousiasme, en félicitant l’effort et l’habileté des bénévoles :

 « C’est une très belle chose qu’ils sont en train de faire. En plus, ils ne le font pas pour eux-mêmes, mais pour les autres. Il est question de l’héritage d’un monument historique, qui ne sera probablement plus là dans quelques années. Mais espérons que ce monument tienne le coup plus longtemps que par le passé. »

En 2007, cette même Association des passionnés avait construit à Sebranice une voie ferrée symbolique, longue de quatre mètres, afin de se souvenir de l´idée de construction d´une voie ferrée entre la ville de Polička, le village de Sebranice, et la ville de Litomyšl. L´intention de vouloir relier les trois endroits avait germé dès 1857 sous le règne de l´empereur d´Autriche, François-Joseph. Mais malheureusement, cette idée n´a jamais été réalisée.

 

www.sebranice.cz
kaplicky.sebranice.cz

09-01-2014